BANDES-ANNONCES ∨                       VISUELS  ∨  

l'impossible-bande

L'IMPOSSIBLE-PAGES ARRACHÉES-

SELECTION DE FESTIVALS

Festival du Film Français Equateur 2013, Milano Film festival 2013, MedFilm Festival 2013, Lima Independente Film Festival 2013, Flaherty Seminar 2012, Anthology Film Archive 2012, Punto de Vista International Seminar 2012, La Casa Encendidas 2012, Institut des Sciences Politiques de Paris 2012, Festival Courtisane 2011, Festival D’Avignon 2011, Centre EAC Les Roches 2011 Galerie G (Version Archie Shepp), Cinémathèque de Ljubljana Slovenie 2011, Cinémathèque de Perpignan 2011, EHESS 2011, Bafici 2010, Festival Itinérance 2010, Viennale 2010, Etats Généraux du Film Documentaire de Lussas 2010, Torino Film Festival 2009, Filmmaker Film festival 2009, CPH :DOX 2009, Le 104 / Ciné concert de Archie Shepp 2009, Point Ligne Plan 2009, Subversive Film festival 2009, Musée du Jeu de Paume 2009, Fid Marseille 2009 (world premiere), Doc’s Kingdom 2009 (work in progress), Cinéma du Réel 2009 (Work in progress).

Sortie nationale en décembre 2012

SYNOPSIS

2009, Super 8, 16mm, vidéo. Noir et Blanc et Couleur, 104 mn, prod : Noir Production.

Placé sous les auspices de Rimbaud, Lautréamont, Dostoïevski et Benjamin, du free jazz et du punk, ce film s’attache à témoigner des politiques iniques qui façonnent notre temps, du caractère « infernal » de certaines vies politiques ou corps-nègres (celui des migrants/des immigrés, des travailleurs, des chômeurs, des étudiants…). Il opère, minoritaire, une stase critique des réalités mythiques et majoritaires ; et travaille au corps la question de la révolte et de l’insurrection: débordement, désidentification, reconfiguration indécidable… Se donnent ainsi à voir, par renversement dialectique, des « hors-lieux » inassimilables, des u-topoï: des corps-impossibles.

Le film se divise en cinq parties :
I. Niggers Wood (Je brûle comme il faut !)
II. Ballad For A Child (On ne te tuera pas plus que si tu étais cadavre)
III. Je me suis armé contre la justice (Burn ! Burn ! Burn !)
IV. Le Temps des Assassins (Fire Music)
V. Tu resteras hyène etc. (The book of the damned)

THE IMPOSSIBLE – PIECES OF FURY
Under the auspices of Rimbaud, Lautréamont, Dostoïevski, Kafka and Benjamin, this film testifies to the iniquitous policies that have shaped our time, the « hellish » character of some political lives (those of migrants/immigrants, workers, the unemployed, students…).

In the same time, the film try to work the questions of riot and insurrection.

The film is divided into five parts:

I. Niggers Wood (I burn as I right !),
II. II. Ballad For A Child (We will not kill you more than if you were a corpse),
III. III. I armed myself against justice (Burn ! Burn ! Burn !),
IV. IV. Time killers (Fire Music),
V. V. You will stay a hyena etc. (The book of the damned).

I. NIGGERS WOOD (Je brûle comme il faut !)
2009, Super 8, Noir et Blanc et Couleur, muet, 15 mn, prod : Noir Production.

Calais, ville désolée.
Blancheur de la neige qui recouvre la ville. Ombres noires et tutélaires, croix et Beffroi, qui la dominent. Feux écarlates qui l’enveloppent et la brûlent. Figures et visages de personnes qui re-viennent de loin. Migrants. Parias. Variation sur des paysages et vies politiques calcinés et infernaux : les corps-nègres.

Calais, desolate city.
Whiteness of the snow that covers the city. Black and tutelary shadows cross and belfry, which dominate. Scarlet lights that surround and burn. Figures and faces of people who come from far-re. Migrants. Pariahs. Variation in landscapes and calcined infernal political lives: body-Negroes.

II. BALLAD FOR A CHILD (On ne te tuera pas plus que si tu étais cadavre)
2009, Super 8, Couleur, 26 mn, prod : Noir Production.

Calais, ville désolée.
Evocation : Dans un petit bois, la « jungle », un jeune homme qui vient de loin, d’un Moyen-Orient en guerre, est mort assassiné. C’était en Décembre 2008. Et c’est un monde entier, politique, qui rend l’âme, à qui l’on fera rendre l’âme.
Invocation : Un jeune homme passe qui vient de loin. Et ses paroles, traces et survivances, comme un chant, viennent de plus loin encore: des gouffres, de la mer et des déserts, de l’oubli, des lisières infinies.
Un jeune homme passe qui vient de loin, comme un nouvel Orphée, politique, noir et révolté.
Un jeune homme impossible que plus rien ni personne ne saurait désormais arrêter…

Calais, desolate city.
Evocation: In a small timber, « jungle », a young man who comes from afar, a Middle East war, was assassinated. It was in December 2008. And it is a world policy, which makes the soul, to whom we will give up the ghost.
Invocation: A young man goes from afar. And his words, traces and relics, like a song, just further: sinkholes, sea and deserts, forgetfulness, infinite edges.
A young man goes from afar, as a new Orpheus, politics, black and rebellious.
A young man not that nothing and nobody can stop now …

III JE ME SUIS ARME CONTRE LA JUSTICE (Burn ! Burn ! Burn !)
2009, vidéo, Noir et blanc et Couleur, 29 mn, prod : Noir Production

Paris. Manifestation du 19 mars 2009.
Fonctionnaires, étudiants, précaires, immigrés sans-papiers, chômeurs, retraités, battent le pavé. Jusqu’à ce que celui-ci brûle, entre rage et colère. Jusqu’à ce que l’Etat réprime, avec violence et arbitraire. Jusqu’à ce que des voix se délivrent et s’inscrivent dans le temps.

Paris. Demonstration on 19 March 2009.
Officials, students, precarious, undocumented immigrants, unemployed, retired, beat the pavement. Until it burns between rage and anger. Until the state represses, violent and arbitrary. Until deliver voice and fall over time.

IV LE TEMPS DES ASSASSINS (Fire Music)
2009, vidéo, Noir et blanc et Couleur, 17 mn, prod : Noir Production

Paris. Manifestation du 1er Mai 2009.
Poursuite, répétition de la geste insurrectionnelle. Après quelques siècles, l’Hôtel de Ville de Paris est de nouveau occupé, et le Conseil de Paris réinvesti par une assemblée révolutionnaire.
Evocation: la Commune de Paris.
Invocation : le peuple qui vient.
Voici le temps, re-venu…

Paris. Demonstration in May 1st 2009.
Continuation, repetition of the insurgency movement. After a few centuries, the Hotel de Ville in Paris is again occupied, and the Council of Paris reinvested by a revolutionary assembly.
Evocation: the Paris Commune.
Summon the people to come.
Here is the time-come…

V. TU RESTERAS HYENE ETC. (The book of the damned)
2009, 16mm, Noir et Blanc et Couleur, 17mn, prod : Noir Production.

Avec la participation de Lionel Soukaz et Tripak.

Comme un cercle infernal. Variation sur la traîtrise et le reniement, le crachat du renégat comme médaille, les « fonds de pension » comme devenir.
A partir du livre « Lettres à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary » de Guy Hocquenghem, et des films de Lionel Soukaz et de/ou avec Guy Hocquenghem.

With the participation of Lionel Soukaz and Tripak.

Like a vicious circle. Variation on the treachery and betrayal, sputum renegade as coin, « pension funds » as become.
From the book « Letters to those who have passed the Mao collar Rotary » Guy Hocquenghem, and movies Lionel Soukaz and / or Guy Hocquenghem.

RETOUR